Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 11:29

visuelcleareday.jpgA cleare day - Pieces from the Fitzwilliam Virginal Book

Kenneth Weiss - Sur Virginals, Flemish & italian Harpsichords

1 CD Satirino records

 

Le Fitzwilliam Virginal Book est pour les interprètes des instruments à claviers anciens, - Gustav Leonhardt ou Tom Koopmann ainsi que plus récemment Bertrand Cuiller en ont livré leur lecture-, un "grimoire" fabuleux, où ils peuvent puiser autant de perles précieuses pour nous enchanter en récital, que ce soit en concert ou au disque. Le répertoire que couvre ce manuscrit appartient à la fin de l'époque élisabethaine et au début du règne des Stuart. Son histoire nimbée de mystères, est le prélude de ses charmes innombrables. S'il doit son nom à un riche philanthrope du XIXe siècle, Robert Fitzwilliam qui en fit don au Musée qui porte son nom à Cambridge, il existe bien des incertitudes et des traditions poétiques concernant son ou ses transcripteurs. Il contient au total plus de 200 pièces pour clavier, dont si certaines sont anonymes, la majorité sont attribués à des compositeurs anglais - John Dowland, William Byrd, Orlando Gibbons,...- qui participèrent activement et parfois avec toutes les difficultés que l'on sait en raison des guerres civiles et de leurs conséquences, à la vie musicale anglaise.

 

Il s'agit ici d'un enregistrement live d'un concert ayant été donné au festival d'Hardelot en 2010. Kenneth Weiss a composé son programme avec intelligence et harmonie, nous offrant de nous abandonner à l'enchantement que procure une musique précieuse et virtuose, destinée au plaisir et à la sociabilité. D'autant plus que ces "morceaux choisis" nous permettent de savourer la luxuriance des couleurs et la profondeur des climats qu'offrent les trois instruments sur lesquels le virginaliste/claveciniste se présente au public.

 

bd-midsummer-2010_kennethweiss.jpgLe charme envoûtant de ce Cd (et des concerts qui en furent à l'origine) tient donc tout à la fois de ce répertoire somme toute "modeste" et trop souvent oublié par les maisons de disques et à une interprétation élégante et élégiaque. Kenneth Weiss y dépasse une technique sans faille pour mieux dessiner des univers aux caractères affirmés et tendres, où se dessinent une nostalgie galante, qui anime vie de cour ou salons mondains, et où parfois dans l'intimité une reine flamboyante, -comme le musicien aujourd'hui-, s'autorise à vivre ou à nous faire ressentir la grâce de l'instant.

La prise de son irréprochable qui gomme les incidents du direct, la clarté du jeu, la lisibilité du contrepoint, une ductilité étincelante, sont sources d'une émotion indicible, où la fantaisie musicale rejoint celle d'un ciel changeant et les mille et un reflets de la lumière sur les eaux et les feuillages.
Il faut souligner la présentation simple et soignée de la pochette et du livret du CD.

 

La musicalité de Kenneth Weiss fait de lui un interprète idéal de l'âge d'or de la musique élisabéthaine. Après ce premier enregistrement sorti en 2011, une suite a été gravée par le claveciniste sur laquelle je reviendrais vers vous prochainement. 

 

Par Monique Parmentier

1 CD Satirino records - Live - Enregistré au Centre Culturel de l'Entente Cordiale - Château d'Hardelot - Midsummer Festival, 19 & 20 juin 2010 - Durée : 63'35 - Ref SR111 - Code Barre 3 760061 190 115

Italian Virginals by Jean- Luc Wolfs-Dachy (Happeau-Lathuy/Belgique, 2006 d'après Alessandro Belotti (Vérone 1585)

Single manual Flemish harpsichord by Marc Ducornet (Paris, 2005) d'après Johannes Ruckers (Anvers, première moitié du XVIIe siècle) ; Italian harpsichord by Marc Ducornet (Paris, 2007) d'après C. Grimaldi (Messine, 1697)

 


Droits photographiques : Kenneth Weiss à Hardelot © Festival d'Hardelot

Partager cet article

Repost 0
Published by Parmentier Monique - dans Chroniques CD

Présentation

  • : Le blog de Susanna Huygens
  • Le blog de Susanna Huygens
  • : Je ne prétends pas ici faire travail de musicologie je souhaite juste tout au plus vous faire partager ma joie à l'écoute de ces musiques dont j'aime vous entretenir, mais aussi de l'art et de l'esprit baroque. J'espère tout comme Puck à la fin du Songe d'une Nuit d'été pouvoir compter sur votre indulgence et vos remarques car "Ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement (et tout sera réparé), que vous n'avez fait qu'un somme, ...
  • Contact

Recherche