Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 17:54

Hugo.jpgFestival Musique à la Chabotterie

17e Festival de musique baroque du 25 juillet au 7 août 2013

Les Indes Galantes - Jean - Philippe Rameau (1683 - 1764)

Hugo Reyne - La Simphonie du Marais

 

Depuis 1997, au cœur du bocage vendéen, se tient un festival merveilleux, plein de charmes et de surprises. Le nom du lieu qui l'accueil, particulièrement lié à la révolte vendéenne, porte un nom qui n'est pas sans rappeler les contes d'autrefois, la Chabotterie. Son directeur artistique, n'est autre que le flûtiste Hugo Reyne. Sa personnalité chaleureuse, son amour sincère du répertoire baroque qu'il défend avec tant de pétulance et d'enthousiasme, porte le public à pousser chaque été les portes du logis pour en découvrir de nouvelles fééries.
Mais pour pouvoir accueillir un public nombreux, friand de divertissements enrichissants, dans des conditions de confort et de sécurité optimum, ce n'est pas à la Chabotterie que nous nous sommes retrouvés, mais dans la Salle Dolia à Saint-Georges-de-Montaigu. Ainsi, nous avons  pu découvrir, dans un lieu certes moins raffiné, mais plus adapté à des conditions météos changeantes, la nouvelle production d'opéra de la Simphonie du Marais, Les Indes Galantes.

Ameriques SpipSans abandonner le barde du Roi Soleil, dont il a porté haut les couleurs pendant de nombreuses années, Hugo Reyne, s'est depuis peu tourné vers Rameau, l'autre grand représentant du baroque français.
La chaleur étouffante du jour accumulée et le temps orageux de la soirée, ont parfois mis à mal le public et les musiciens, surtout les musiciens qui sous les projecteurs, ont malgré tout tenu bon, nous offrant une très belle soirée musicale. Pas de mise en scène, mais une distribution de haute volée, permettant de dévoiler toute la luxuriance festive de ces Indes Galantes.
En un Prologue et quatre entrées, le Turc généreux, les Incas du Pérou, les Fleurs, fête persane et les Sauvages, Rameau joue de sa palette fastueuse, pour créer des univers à l'exotisme exubérant, si chers au XVIIIe siècle. Créées en 1735, les Indes Galantes, ne comprenaient à l'origine que le Prologue et deux entrées. Elles s'enrichiront très vite, en raison du succès des deux entrées manquantes : Les Fleurs, fête persane et les Sauvages. Il n'y a pas de fil conducteur, chaque entrée, célébrant les victoires de l'Amour, dans des petites historiettes délicieuses et enchanteresses.
Hugo Reyne a bénéficié d'une très belle distribution ce soir, pour célébrer cette fête galante du plaisir et de la rêverie.
Les sauvagesSix chanteurs, dont certains jeunes talents, ont fait preuve de beaucoup de témérité et de personnalité, faisant de cette invitation aux voyages une grande réussite. Tous méritent d'être cités, avec pour qualité commune un grand soin apporté à la prononciation. Leur phrasé élégant permettant d'apporter à chaque histoire des nuances d'une extrême subtilité. Chantal Santon, possède une énergie virevoltante dans ses quatre rôles, l'Amour, Phani, Fatime et Zima. Sensuel et insolent, son timbre fruité, nous captive. Le jeune haute-contre Reinoud Van Mechelen, confirme toutes les promesses des réalisations auxquelles il a participé avec Scherzi Musicali ces dernières années. Son timbre solaire s'associe à 
la séduction de sa déclamation. Il nuance avec beaucoup de finesse, de poésie et d'humour, les deux personnages qui lui échoient. Du vaniteux Damon, au tendre amoureux Carlos, il sait nous toucher par sa grâce. Le timbre rond de Stéphanie Révidat et son assurance dramatique lui permettent de nous offrir des personnages aux caractères authentiques et résolus. Le baryton -basse Marc Labonnette, à la voix ample et généreuse, correspond parfaitement à ses personnages et tout particulièrement à Osman et Adario, son inca, Huascar manquant peut-être d'un tout petit peu de férocité. François-Nicolas Geslot au timbre et à la diction d'une rare élégance est tout à la fois aimable et enjôleur en Valère et Tacmas. Enfin dans le rôle d'Alvar dans les Sauvages, Sydney Fierro complète cette distribution et y excelle avec candeur et vigueur.
Photo 1 ensembleL'engagement sans faille du Chœur du Marais est une des belles surprises de cette soirée. Une très belle diction et projection, lui permet un véritable engagement dramatique, évocateur de ces mondes étranges, singuliers et envoûtants.
Si les trompettes de la Simphonie du Marais ont parfois manqué d'un peu de justesse, cet ensemble, nous a offert la plus belle des palettes musicales qui soient. Les flûtes, les hautbois et le basson offrant une suavité charnelle, un velouté sonore, qui s'unie et se conjugue avec gourmandise à l'énergie et à la luminosité des cordes. La direction d'Hugo Reyne ardente, sensible et vivifiante et ses talents de conteurs, amoureux du répertoire qu'il défend, avec passion et sincérité, a mené ces Indes Galantes, au bout du voyage, entraînant les applaudissements enthousiastes d'un public subjugué par cette nuit d'été aux couleurs descostume-des-fleurs.jpg Orients libres et heureux.   

 

Par Monique Parmentier

 

Distribution : Chantal Santon Jeffery, soprano : Amour, Phani, Fatime, Zima ; Stéphanie Révidat, soprano : Hébé, Emilie, Zaïre ; Marc Labonnette, baryton-basse, Bellone, Osman, Huascar, Ali, Adario ; François-Nicolas Geslot, haute-contre : Valère, Tacmas ; Reinoud Van Mechelen, haute-contre : Carlos, Damon ; Sydney Fierro, baryton-basse : Alvar.

Le Chœur du Marais et la Simphonie du Marais - Direction, Hugo Reyne

Droits photographiques : Photographies du concert © La Simphonie du Marais. Boiseries l'Amérique © Château de Chantilly ; Costume de ballet© DR

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Parmentier Monique - dans Chroniques Concerts

Présentation

  • : Le blog de Susanna Huygens
  • Le blog de Susanna Huygens
  • : Je ne prétends pas ici faire travail de musicologie je souhaite juste tout au plus vous faire partager ma joie à l'écoute de ces musiques dont j'aime vous entretenir, mais aussi de l'art et de l'esprit baroque. J'espère tout comme Puck à la fin du Songe d'une Nuit d'été pouvoir compter sur votre indulgence et vos remarques car "Ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement (et tout sera réparé), que vous n'avez fait qu'un somme, ...
  • Contact

Recherche