Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 16:26

visuel kossenkoMarc - Antoine Charpentier

Leçons de Ténèbres

Par Artei Dei Suonatori - Alexis Kossenko

 

Après les leçons de Ténèbres italiennes oh combien magnifiques ! d'un tout jeune ensemble In Musica Veritas, je vous reviens avec une chronique d'un superbe ensemble polonais déjà fort d'une expérience commune importante au disque et aux concerts  avec leur chef flûtiste Alexis Kossenko. Après Vivaldi et Carl Philipp Emmanuel Bach, ce sont les couleurs et l'humilité de Charpentier qui les ont portés.

 

Pour ce nouvel enregistrement chez Alpha, ils nous proposent une version intense et mordorée de la Passion. Les Leçons de Ténèbres connurent un immense succès tant artistique que mondain auprès du public français de la fin du XVIIe siècle. Marc - Antoine Charpentier s'est intéressé à ce genre tout au long de sa carrière. Selon Catherine Cessac, une des grandes spécialistes du compositeur français à qui nous devons le texte du livret, il en aurait composé au total trente et une ! Les cycles de ces leçons étant incomplets, des pièces instrumentales et vocales reconstituant la liturgie nous sont offertes ici, le disque se terminant par les leçons. L'orchestre de Charpentier  dans ces trois leçons pour voix de basse était composé de flûtes, hautbois, cordes basson et orgue ... C'est donc cet ensemblage qu'a retenu Alexis Kossenko. Ce qui nous enchante avant tout dans ce disque c'est l'orchestre. Tout ici est harmonie, équilibre. Les couleurs ambrées des flûtes, le clavecin et le théorbe à l'onde chamarrée, les cordes de velours, le basson et les hautbois entre ombre et lumière, sont un véritable régal. La souplesse de la direction fait danser les reflets de cette flamme ardente qui anime les motets de Charpentier. flammeSon approche faite de modestie et de gravité, parvient ainsi à toucher au cœur, d'autant plus que son sens des nuances, prolonge à l'infini le sentiment de plénitude qui ici domine. C'est probablement dans la Leçon du Jeudi Saint que la flûte et le théorbe s'unissant à la voix, parviennent à une émotion si bouleversante que la musique y devient flamme qui s'élève sans cesse et s'abandonne entre des silences où le souffle de la vie devient aussi sensible et fragile que le son à la limite du perceptible.

 

Quant au soliste Stephan MacLeod par l'élégance de son phrasé, sa projection subtile et son timbre sombre et profond, il donne au texte toute la noblesse nécessaire.

 

Voici donc un très beau disque, ou progressivement nous nous laissons conduire vers la paix extatique de la Résurrection. La prise de son donne à l'espace sonore, le sentiment qu'il est un réceptacle où la musique s'épanouit.

 

Par Monique Parmentier

 

 

1 CD Alpha - Durée : 65'38"  - Code barre : 3 760014 191855

Partager cet article

Repost 0
Published by Parmentier Monique - dans Chroniques CD

Présentation

  • : Le blog de Susanna Huygens
  • Le blog de Susanna Huygens
  • : Je ne prétends pas ici faire travail de musicologie je souhaite juste tout au plus vous faire partager ma joie à l'écoute de ces musiques dont j'aime vous entretenir, mais aussi de l'art et de l'esprit baroque. J'espère tout comme Puck à la fin du Songe d'une Nuit d'été pouvoir compter sur votre indulgence et vos remarques car "Ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement (et tout sera réparé), que vous n'avez fait qu'un somme, ...
  • Contact

Recherche