Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 11:17

Jordi-SAVALLVIII' Festival Musique et Histoire : Pour un dialogue interculturel

Ombres & Lumières d'une Europe Multiculturelle

Du 15 au 19 juillet 2013

 

Hespérion XXI La Capella Reial de Catalunya Le Concert des Nations

Musiciens invités d'Arménie, de Grèce, d'Israël, du Maroc, de Syrie & de Turquie

Jordi Savall

C'est dans un lieu presque millénaire, l'Abbaye de Fontfroide, au cœur des Corbières, que Jordi Savall donne rendez - vous, chaque été, à son public pour célébrer et faire vivre le dialogue interculturel, qu'il défend avec ardeur depuis de nombreuses années. Avec son épouse, Montserrat Figueras, il a fondé il y a 8 ans un festival unique dans sa démarche. Ce dernier n'est pas seulement un moment de détente musicale, dans la garrigue, en plein été, au milieu des cigales, permettant à chacun d'oublier le temps d'un ou plusieurs concerts, une année de labeur. Il est aussi, et avant tout, un lieu de rencontres hors du temps, où chacun peut s'arrêter, écouter, découvrir, donner à voir et entendre sa différence. Musiciens, philosophes, conteurs, écrivains, journalistes et le public vivent ainsi des instants d'une insondable ferveur, de générosité et d'émotion. Chacun peut y percevoir la richesse de l'esprit, de ces siècles de cultures qui se sont côtoyées, tout en inventant chacune un langage qui montre combien la diversité est source de joie et d'intelligence. Ici la musique baroque occidentale croise les chemins des musiques du monde.

abbayefontfroideDes 5 concerts donnés du 15 au 19 juillet, j'ai pu en entendre deux. Le concert inaugural tout d'abord, consacré au Millénaire de Grenade, aux terres de tolérance d'Al-Andalus, où juifs, arabes et chrétiens vécurent ensemble, par intervalle, en paix. Puis le lendemain ce fût le concert consacré à "l'Esprit d'Arménie". Celui qui apporte la sérénité par le souffle mystérieux et profond de ces instruments traditionnels, les duduk et qui ouvre des horizons apaisants, balayant doutes et chagrins. 

Al Andalus, a déjà connu sa période de prospérité et son âge d'or, lorsque naît Grenade en 1013. En cette cité créée par les juifs avant l'arrivée des arabes et même des wisigoths, va perdurer jusqu'à la fin du Moyen-Age, tout un art de vivre issu des mondes musulmans, chrétiens et juifs - les civilisations du Livre.

En 1013, Al Andalus se déchire en une multitude de petits royaumes, les taifas, à la suite d'un conflit entre différentes factions musulmanes. Cordoue est réduite en cendres. Ce monde idéal où se croisaient et dialoguaient poètes, musiciens, médecins, philosophes et commerçants, ne va pas disparaître complètement. Il va trouver à Grenade, un refuge, une entité politique et culturelle où va persister pour un temps cette vision humaniste, sensible et épicurienne née au croisement des civilisations et offrant aux hommes une vision de la vie permettant de vivre en harmonie avec leur environnement.

jardins-alhambra.jpgLa diversité trouve à Grenade et chez ses califes une tolérance qui n'a pas peur de la différence. Si les tensions existent et s'entrechoquent, elles fertilisent les débats, colorent et illuminent la vie, favorisent la création et les découvertes grâce à cet exceptionnel esprit d'ouverture qui s'est développé en ce creuset de la pluralité. A Grenade se construit le dernier poème de pierre et d'eau, l'Alhambra : "Mon destin est de briller plus que tout ce qui a brillé dans l'histoire". A l'ombre des broderies de pierre, littérature, sciences et musique brillent comme jamais, d'une spiritualité intense et limpide.

Jordi Savall, a choisi à travers le programme, Grenade Eternelle, de nous raconter l'épopée de ce royaume riche et fastueux. Pour se faire, il a sélectionné des textes et des musiques qui illustrent cette période de sa naissance à sa disparition, de sa splendeur à sa décadence et s'est entouré de musiciens, chanteurs et acteurs de toutes origines et confessions. Ainsi espagnols, marocains, français, grecs, syriens et israéliens, revivent et nous font partager les émotions de ces peuples qui surent instaurer un dialogue et savourer la vie, ses joies et ses souffrances pour mieux s'enrichir au contact de leurs cultures. Tous nous font vibrer et ressentir la peur face à la violence, au déracinement, comme les inquiétudes et les joies de l'amour.

waed-bouhassoun-01.jpgL'extrême sensibilité de chacun trouve grâce au maestro catalan le juste équilibre. La résonance de l'abbatiale et des effets de spatialisation, nous transportent dans un ailleurs où le Ney et l'Oud, font chanter le vent et l'onde. Les deux conteurs René Zosso et Manuel Forcano sont les piliers de cette aventure humaine. Si le premier marque les temps forts d'une voix ample et généreuse, le second se fait poète pour mieux nous faire savourer les textes qui nous dépeignent en trois langues - arabe, castillan et hébreu- cet univers si chatoyant d'Al Andalus. La tragédie qui se noue régulièrement au cœur même de tant de beauté est marquée par les interventions flamboyantes de La Capella Reial de Catalunya. et du Concert des Nations. Tout ici brille et miroite de mille et un reflet. L'érudition de ce monde de rencontres est un trésor commun qui se partage dans ces textes merveilleusement interprétés par les solistes et tout particulièrement la chanteuse syrienne Waed Bouhassoun et le chanteur d'origine israélienne Lior Elmaleh. Leurs voix si mélancoliques, expriment la finesse, la délicatesse, la noblesse de cette cité et des hommes qui permirent aux roses de la connaissance de s'épanouir en toute liberté. Les nuances et les couleurs instrumentales sont d'une suavité fastueuse, fascinante et envoûtante. Des arabesques sonores des ouds, des guitares, de la harpe, des violes et des psaltérions à la brillance de la sacqueboute, de la trompette et du cornet à la finesse des interventions aux percussions de Pedro Estevan, tout participe à ce sentiment de vivre sous le ciel étoilé de Grenade. Et lorsque à la flûte indienne Pierre Hamon intervient, cet appel des Nouveaux Mondes, par ses volutes sensuelles, semble déjà pleurer l'irrationnelle destruction des civilisations que l'Europe chrétienne va découvrir.

repetition-fontfroide.jpgJordi Savall, ambassadeur pour la paix, est un musicien dont la virtuosité est unique. De chacune de ses interventions, à la viole de gambe au rebab et à la vielle, émane un sentiment de plénitude, d'élégante pureté, d'opulente profondeur qui fait résonner les voûtes de Fontfroide et de l'Alhambra comme nos âmes en quête de la source de paix. Sa direction précise, bienveillante, généreuse et fraternelle fait de chacun un acteur essentiel du drame.

A ses côtés, avec l'ensemble des musiciens d'Hespérion XXI, des chanteurs solistes et de la Capella Reial de Catalunya, il donne sens à tout ce qu'Al Andalus nous a transmis. Ce programme nous dit, combien vivre et avancer ensemble, en acceptant chacun en qu'il est, ne peut que nous conduire au respect de l'essentiel : la vie. En conjuguant leurs talents ils nous font découvrir combien le potentiel des valeurs communes est promesse d'avenir.

En cette soirée du 15 juillet, l'œuvre sublime que nous a laissé le royaume d'Al Andaluz, a chanté dans nos cœurs et nous a bouleversé, à l'image des paroles de cette plainte arabo-persanne "Le chemin-l'angoisse", chantée avec des nuances d'une infinie complexité par Waed Bouhassoun. Pourquoi faire subir aux femmes et aux hommes la peur, alors qu'on peut leur donner l'espoir :

 

Olivier.jpg"La couleur de l'inquiétude dans la pierre égarée

La couleur d'une imagination en route

Qui donc est passé par ici et s'est brûlé ?

Ténèbres dans mon horizon

Mon inquiétude.

On a tiré sur ma régénération et l'a lacérée

La tempête l'a emportée et l'a brûlé

Dans ses cendres sans doute

J'inventerai l'aube immaculée".

 

Voici un programme qui nous l'espérons sera redonné afin qu'un large public puisse découvrir que certaines célébrations sont d'autant plus essentielles, qu'elles nous obligent à remettre en question nos peurs et nos rejets.

 

Par Monique Parmentier

 

Musiciens invités :

Waed Bouhassoun, chant et oud ; Lior Elmaleh, chant ; Driss el Maloumi, chant et oud ; Moslem Rahal, ney ; Hakan Güngör, kanun ; Yurdal Tokcan, oud ; Haïg Sarikouyoumdjan, duduk ; Erez Shmuel Mounk, percussion ; Dimitri Psonis, guitare mauresque, santur & cloches ;

Récitants :

René Zozzo et Manuel Forcano (hébreu, arabe et castillan)

La Capella Reial de Catalunya :

Fontfroide-142.JPGRocio de Frutos, soprano ; Carlos Mena, contre-ténor ; Lluis Vilamajo, ténor ; Marc Mauillon, baryton ; Furio Zanasi, baryton ; Daniele Carnovich, basse.

Hesperion XXI :

Andrew Lawrence-King, psaltérion et harpe ; Xavier Diaz-Latorre, vihuela de mano et guitare ; Jordi Savall, rebab, vieille et viole de gambe ; Sergi Casademunt, viole de gambe ténor ; Philippe Pierlot, viole de gambe basse ; Pierre Hamon, gaita, ney et flûtes ; Jean-Pierre Canihac, cornet et trompette, Béatrice Delpierre, chalémie ; Daniel Lassalle, sacqueboute, Pedro Estevan, percussions.

Direction : Jordi Savall
Concert retransmis en replay sur France Musique

 

 

 

Concert visible sur Culture Box pendant un mois 

 

 

Crédit photographique : Jordi Savall © David Ignaszewski ; Abbaye de Fontfroide, jardins de l'Alhambra et Waed Bouhassoun © DR. Répétition émission France Musique à Fontfroide et un olivier à Fontfroide © Monique Parmentier 

Partager cet article

Repost 0
Published by Parmentier Monique - dans Chroniques Concerts

Présentation

  • : Le blog de Susanna Huygens
  • Le blog de Susanna Huygens
  • : Je ne prétends pas ici faire travail de musicologie je souhaite juste tout au plus vous faire partager ma joie à l'écoute de ces musiques dont j'aime vous entretenir, mais aussi de l'art et de l'esprit baroque. J'espère tout comme Puck à la fin du Songe d'une Nuit d'été pouvoir compter sur votre indulgence et vos remarques car "Ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement (et tout sera réparé), que vous n'avez fait qu'un somme, ...
  • Contact

Recherche