Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 14:41

Visuel.jpgFor ever fortune

Scottish Music in the 18th Century

Les Musiciens de Saint-Julien - Direction et flûtes : François Lazarevitch

Robert Getchell - ténor

 

La collection les Chants de la Terre chez Alpha, nous a déjà offert quelques merveilles. Que ce soit en musique contemporaine (Joël Grare avec Follow ou Paris Istanboul Shangaï, ou le Poème Harmonique interprétant la musique de Daniel Brel dans Quatre Chemins de mélancolie) ou en musique traditionnelle (comme avec les superbes albums du Poème Harmonique consacrés aux romances et complaintes de la France d'autrefois, Les Marches du Palais et Plaisirs d'amour, ou les albums de Tarentelle de Christina Pluhar).  

Ces musiques traditionnelles sont à nouveau à l'honneur, dans le CD, For ever Fortune, qu'ont sorti récemment les Musiciens de Saint - Julien. Cet ensemble qui n'a cessé depuis sa création par le flûtiste François Lazarevitch de s'intéresser à un répertoire d'autant plus délicat dans la restitution de son interprétation que sa notation et sa connaissance ne reposent bien souvent que sur des sources indirectes.  

Toutes les pièces que vous entendrez ici sont nées ou ont été notées entre le début du XVIIe siècle et la fin du XVIIIe siècle et en particulier par James Oswald compositeur de la chambre de George III qui fonda la société du temple d'Apollon à Londres. Il chercha à promouvoir cette musique traditionnelle écossaise où l'instrument de Pan trouve à côté de la lyre d'Apollon ses lettres de noblesse que les dieux lui refusèrent.

 

Invitation à danser, à s'enivrer de joie de vivre dans un compagnonnage amical, le répertoire proposé dans ce nouveau CD, est d'autant plus irrésistible, que les musiciens sont inspirés.

Aucune morosité ne résistera au charme qui émane de cet enregistrement. Les couleurs parfois rugueuses mais si vives de l'ensemble nous envoûtent par leur richesse éclatante et opulente. Violons, viole de gambe, Archiluth, théorbe, cistre et harpe nous ouvrent des horizons parfois tourmentés, d'une douceur quasi irréelle, ou d'une énergie vivifiante sans pareil. La flûte de François Lazarevitch nous ensorcelle et nous entraîne dans un rêve, quelque part hors du temps pour notre plus grand bonheur, et à l'Hümelchen (petite cornemuse) il évoque cette Ecosse où se mêlent des paysages arides au parfum des fleurs de bruyère avec une virtuosité enchantée. 

 

Les émotions qui naissent ainsi se mêlent en une subtile harmonie. Plaisir intense du violon dans Kennet's Dream où la scordatura en la mi fa, permet d'utiliser les effets en bourdon et d'augmenter les résonances de l'instrument, nous offrant une étrange mélodie, celle d'un songe inquiétant. Plaisir de l'onde qui court dans Benney side sous les doigts de la harpiste et les sonorités si sensuelles de la flûte. Mais également douleur dans la plainte de la viole, du théorbe et de la Harpe dans Moc Donogh's Willie au caractère si sombre et si intime.

Quant au ténor Robert Getchell, il savoure cette langue écossaise qu'il défend avec ardeur pour mieux, non pas la "restituer" (prononciation historiée) comme une sorte de monument, mais pour nous en offrir les délices ou l'âpre poésie.

Vous aimerez écouter et réécouter ces pièces qui chantent et dansent l'amour et ses revers (For ever Fortune), l'ivresse, la pauvreté et l'envie de s'enrichir, la vie et la mort, en vous donnant le sentiment d'entendre le vent souffler, tandis qu'au coin du feu, on se rassemble pour partager des moments d'intime bonheur.

Par Monique Parmentier

1 CD Alpha - Durée : 66'05 - Réf : Alpha 531

 

Pour vous procurer ce Cd, vous pouvez soit vous rendre à l'Autre Monde à Paris ou sur le site internet Outhere

Partager cet article

Repost 0
Published by Parmentier Monique - dans Chroniques CD

Présentation

  • : Le blog de Susanna Huygens
  • Le blog de Susanna Huygens
  • : Je ne prétends pas ici faire travail de musicologie je souhaite juste tout au plus vous faire partager ma joie à l'écoute de ces musiques dont j'aime vous entretenir, mais aussi de l'art et de l'esprit baroque. J'espère tout comme Puck à la fin du Songe d'une Nuit d'été pouvoir compter sur votre indulgence et vos remarques car "Ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement (et tout sera réparé), que vous n'avez fait qu'un somme, ...
  • Contact

Recherche