Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 09:20

visuel-copie-9.jpgJeanne d'Arc

Batailles & Prisons

Voici un personnage historique hors du commun ! Un personnage dont le mystère humain est tel, que sa mémoire a traversé les siècles, parfois récupérée par des extrémistes ou des illuminés de tout bord. Il faut dire que ce personnage est une jeune femme si extraordinaire par son destin et sa personnalité qu'elle ne peut qu'interpeller. Par son charisme, elle a permis au Royaume de France de prendre conscience de son identité au point de parvenir à retourner une situation politique qui semblait désespérée. 

Tout a été dit et écrit de Jeanne d'Arc et pourtant la connaissons nous vraiment ?

A l'occasion du 600ième anniversaire de sa naissance, Jordi Savall nous propose ici à travers un magnifique livre/CD sorti chez Alia Vox, l'été dernier de la redécouvrir. Loin de l'image d'Epinal, grâce aux talents des artistes réunis ici autour du maestro et à un livret d'une richesse exceptionnelle, elle nous apparaît telle qu'elle fût probablement : une jeune fille solitaire, idéaliste, sensible, dont la présence lumineuse pouvait l'impossible. Mais loin d'être une jeune fille douce, elle était une combattante, une guerrière qui voulait en découdre avec les anglais et les bourguignons.

Elle fut sacrifiée par les hommes parce qu'elle avait osé défier leurs lois, celle d'une société où les femmes ne portent que des robes et font des enfants, tandis que les hommes guerroient. Elle avait osé par sa ferveur secouer la peur et redonner à Charles VII "le roi de Bourges" comme l'appelaient les anglais, ville où il s'était réfugié, la couronne du Royaume de France. C'est elle qui a amorcé le mouvement non seulement de la reconquête, faisant basculer la guerre de 100 ans, mais a effectivement donné aux français l'envie de se reconnaître comme tel, d'affirmer leur identité, loin des querelles féodales, se découvrant une unité.

louise_moaty.jpgJe ne peux que vous recommander ce livre album.  L'histoire qu'il nous raconte si elle semble tenir de la légende, par sa réalité historique, se révèle bouleversante, dévoilant la tragédie de cette jeune fille brûlée vive à 19 ans.

Le récit abordé de manière linéaire entre le départ de son village de Domrémy au début de 1629, en passant par Bourges, Orléans puis Reims pour le sacre en juillet 1629, pour enfin arriver à la captivité et à sa mort à Rouen le 30 mai 1431, dépasse l'anecdote, tant en fait ce sont ces derniers mois qui tiennent une place essentielle ici. Ceux où Jeanne seule, fait face à ses juges, à ces hommes de guerre et de loi, vaniteux et haineux, avec un courage extraordinaire.

Les textes sont d'une beauté confondante. Ils sont parfois directement issus des annales de l'époque et en particulier des transcriptions du procès qui loin de desservir Jeanne montrent combien, elle n'était décidément pas une jeune fille comme une autre. Louise Moaty, qui tient son rôle, nous touche par la candeur et la fermeté avec laquelle elle l'interprète. Tandis que René Zosso est un glacial inquisiteur, on a presque envie d'écrire manipulateur. Mais un manipulateur mis en échec par une Jeanne qui en mourant le renvoie lui et tous les inquisiteurs à la plus grande des faiblesses humaines, la peur.

figuerasLa musique vient souligner la force dramatique de cette histoire. Elle nous la fait apparaître dans toute sa violence tant elle caractérise les personnages en leur donnant les couleurs de la vie et la noirceur de certaines intentions. Elle peint les situations avec une rare intelligence. Entre musique populaire, de cour ou musique fonctionnelle, elle est d'une force telle, qu'elle est elle - même un acteur à part entière. Elle nous emporte dans son flot, dans son étau, dans ses moments de grâce, du ciel à l'enfer, des champs de blé aux champs de guerre. Jamais elle ne relâche vraiment sa terrifiante fatalité, soulignant le récit, le prolongeant. Elle participe à une mise en scène d'une histoire, où l'on entend des cœurs qui battent, des âmes tourmentées, des batailles, le fracas du combat, les chevaux, les coups d'épée, les larmes qui s'écoulent, les flammes qui dévorent. Les marches militaires font de la musique une arme de destruction massive qui portent bien au-delà des fastes de la gloire, les plus douloureuses défaites... Celles des serments bafoués. Mais Jeanne au milieu de tout cela semble toujours rayonner, suivant son chemin.

Le voyage qu'elle accomplie est tout autant humain que spirituel. Et la musique porte des émotions plus intimes, des souvenirs fulgurants. On en veut pour exemple ces voix de Jeanne interprétées par Montserrat Figueras, Marie Cristina Kiehr et Kai Wessel. Elles sont la Grâce même, celle d'un univers où l'âme se perd dans les étoiles et dont on ne peut que se plaire à imaginer qu'elles ont accueillies Montserat, dont Jeanne d'Arc fut le dernier projet. Quant à la Ballade de la Pucelle, adaptation par Jordi Savall, d'une mélodie anonyme du XVe siècle, "l'Homme armée", répétée plusieurs fois tout au long du récit, elle porte la jeune héroïne vers son irrévocable destin.

Jordi Savall parvient à recréer "cette dimension magique entre la réalité et le mythe". Il écrit en guise d'introduction que "Le mal absolu c'est toujours celui que l'homme fait subir à l'homme". L'inquisition n'est jamais que le reflet des milles et une version de la perversité humaine.

Vous découvrirez ici que le mystère de Jeanne, est avant tout le mystère d'une jeune fille qui a su saisir l'importance des enjeux, les défendre au prix de sa vie. Elle était une bien jeune visionnaire dont nul ne saura jamais la nature de "ses voix" qui lui permirent de faire face à des docteurs de l'Eglise, à des soldats, à la peur, à la mort avec un courage et une humanité dont peu d'entre nous seraient capables. Ce n'est peut-être au fond pas cela le plus important, mais cette capacité qu'elle nous révèle, à accepter la différence sans chercher à l'expliquer rationnellement.

Dans la dernière partie du CD vient l'hommage tardif de ce Roi qui lui devait tant. En réhabilitant Jeanne il retrouve son honneur et lui offre un souffle de vie pour l'éternité. N'hésitez pas à redécouvrir Jeanne d'Arc, en compagnie d'artistes dont l'humanisme est le plus grand de tous leurs talents et dieu sait s'ils en ont et à donner à Jeanne comme à chacun le droit à la différence.

  Par Monique Parmentier

Jeanne d'Arc: Batailles & Prisons. Montserrat Figueras, soprano ; Maria Cristina Kiehr, soprano ;  Kai Wessel, contre-ténor... Jeanne d'Arc, Louise Moaty ; Narrateur 2, Guillaume Cousinat, Jean Beaupère, le Roi, Jeant d'Estivet, Pierre Cauchon, Jean II Jouvenel des Ursins, René Zosso ; Le Narrateur I, Jean de Nouillonpont, Jean de la Fontaine Manuel Weber. la Capella Reial de Catalunya, Hespèrion XXI. Jordi Savall, viole de gambe et direction. Choix et sélection des textes historiques : Sergi Grau et Jordi Savall. Livre 2 cd Alia Vox. Durée CD 1 : 67'36 Durée CD 2 : ....Enregistré en 1993 et 2012 Code Barre 7 619986 398914. Juin 2012.

 

Droits photographiques : DR

Partager cet article

Repost 0
Published by Parmentier Monique - dans Chroniques CD

Présentation

  • : Le blog de Susanna Huygens
  • Le blog de Susanna Huygens
  • : Je ne prétends pas ici faire travail de musicologie je souhaite juste tout au plus vous faire partager ma joie à l'écoute de ces musiques dont j'aime vous entretenir, mais aussi de l'art et de l'esprit baroque. J'espère tout comme Puck à la fin du Songe d'une Nuit d'été pouvoir compter sur votre indulgence et vos remarques car "Ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement (et tout sera réparé), que vous n'avez fait qu'un somme, ...
  • Contact

Recherche