Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 21:32

visuel-copie-1.jpgAprès deux CD consacrés à Bach, dont un superbe de virtuosité et de caractère des concertos pour clavecin, les Folies Françoises avec à leur tête et au dessus de violon, Patrick Cohën-Akenine, nous reviennent au disque avec un enregistrement de musique spirituelle française vocale et pour orgue, d'André Campra et de Jean-François Dandrieu.

Il s'agit en fait du programme d'un concert donné à l'occasion des Grandes journées Campra à l'automne 2010 à Versailles. Un certain nombre de pièces pour orgue de Dandrieu venant l'enrichir au disque.

 Cet enregistrement des Folies Françoises, leur rend justice avec talent à travers le genre du petit motet pour Campra et des pièces pour clavier et une sonate en trio de Dandrieu.

Il est difficile en quelques mots de résumer toutes les qualités de deux compositeurs d'une période de transition entre fin de règne à Versailles et grande liberté créatrice autour du Concert Spirituel. Campra et Dauvergne ont en commun d'avoir tous deux travaillé au service du Régent et de la musique de la Chapelle Royale. Tous deux sont à l'aube d'une ère nouvelle pour la musique mais parce qu'ils appartiennent à une période de transition, ils sont souvent considérés comme des compositeurs mineurs et donc plutôt méconnus, alors que chacun a permis à la musique de se renouveler, faisant évoluer des formes existantes et en en créant des nouvelles.

Chapelle-Poeme-074.jpgMais une fois n'est pas coutume, c'est du livret, qui parle si bien des deux compositeurs et dont le seul défaut est d'utiliser des caractères un peu trop petit pour une mauvaise vue, que je vous parlerais en premier. Sa lecture se révèle un vrai plaisir. Ecrit par Thomas Leconte, un des musicologues spécialistes de ces compositeurs qui travaille CMBV (Centre de Musique Baroque de Versailles). Il s'agit en fait du résumé des notes de programme du concert donné en octobre 2010. Il ne peut que vous encourager, à vous intéresser aux publications de ce Centre se dévouant avec passion depuis plus de 20 ans au service de la musique baroque française,et grâce à qui elle a aujourd'hui a retrouvé toute sa place au répertoire. Je ne peux que vous en recommander la lecture. 

 

Par ailleurs pour cet enregistrement, Patrick Cohën-Akenine et Cécile Garcia-Moeller disposent chacun d'un des dessus de violon, conçu pour nous restituer le son de l'orchestre à la française par le CMBV et les luthiers Antoine Laulhère et Giovanna Chittó.

 

PatrickCohenAkenine.jpgLa carrière de Campra est particulièrement révélatrice des changements de style qui s'amorcent en ce début du XVIIIe siècle. Le style italianisant qu'il insuffle à la musique française apporte plus de lumière, plus de couleur, plus de liberté à la voix.

Ici, grâce au talent des interprètes nous percevons clairement les évolutions du petit motet, genre que pratiqua Campra au début et à la fin de sa carrière. Du style français de ses débuts, à la beauté faite d'humilité et de limpidité (Quam Dilecta), au style italien parfaitement assumé (Salvum me fac Deus), il enrichit sans cesse sa palette, au contact du théâtre. Ses petits motets destiné à de petits effectifs (de une à trois voix), mettent en valeur les voix des solistes.

Les quatre instrumentistes des Folies Françoises apportent une tendre lumière, celle des dessus de violon, et une rondeur suave celle de l'orgue et de la basse de violon, aux trois solistes. Les chanteurs trouvent en eux plus qu'un appui. Ce sont des alter ego qui dialoguent pour mieux se séduire et nous enivrer avec une virtuosité si italianisante.

 

La ductilité vocale de Jean - François Lombard (haute-contre) et de Marc Labonnette (basse-taille), nous envoûte ainsi que leur timbre qui jouent sur les contrastes et leur riche expressivité favorise l'élan dramatique.

J_F_Novelli_CB.jpgQuant à Jean-François Novelli, par son timbre radieux et incandescent, son éloquence si poétique et bouleversante, il séduit aussi bien dans le trio de "Quam Dilecta" (motet issu du tout premier livre de motet Campra, au style encore si français) que dans « Beati Omnes » (issu du dernier livre de motet de Campra de 1706). Le plaisir des trois interprètes est si évident, que toute la sensualité de cette musique devient aussi ardente qu'une flamme qui sans cesse s'élève. 

SMA_Jean-Francois_Lombard.jpgEn complément de ce programme les pièces instrumentales de Dandrieu sont de véritables petits bijoux. Et la musicalité si radieuse des dessus de violon et tout particulièrement celle de Patrick Cohen-Akenine est un véritable enchantement. Sur l'orgue de l'Abbaye de Saint-Michel en Thiérache, François Saint Yves, fait preuve tout à la fois de délicatesse et d'une grande subtilité. Il nous révèle toute la beauté d'un instrument qui date de 1714, restituant tout comme les dessus de violon, la musique que composèrent et entendirent Campra, Dandrieu et leurs contemporains.

La prise de son est ample, chaleureuse et équilibrée. Elle offre ainsi un cadre idéal à des musiciens inspirés. Un Cd qui mérite toute votre attention. Il se révèle au fil des écoutes d'une telle richesse que vous ne vous en lassez pas.

Par Monique Parmentier

 

Photo :

- personnelle des anges musiciens de la Chapelle Royale à Versailles

- DR Jean-François Novelli, Jean-François Lombard et Patrick Cohën-Akenine

Partager cet article

Repost 0
Published by Parmentier Monique - dans Chroniques CD

Présentation

  • : Le blog de Susanna Huygens
  • Le blog de Susanna Huygens
  • : Je ne prétends pas ici faire travail de musicologie je souhaite juste tout au plus vous faire partager ma joie à l'écoute de ces musiques dont j'aime vous entretenir, mais aussi de l'art et de l'esprit baroque. J'espère tout comme Puck à la fin du Songe d'une Nuit d'été pouvoir compter sur votre indulgence et vos remarques car "Ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement (et tout sera réparé), que vous n'avez fait qu'un somme, ...
  • Contact

Recherche