Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 20:31
judith_ou_bethulie_liberee_le_massacre_des_innocents.jpgMarc Antoine Charpentier (1643 - 1704) : Judith ou Béthulie libérée et le Massacre des Innocents
Les Pages, les Chantres & les Symphonistes du Centre de musique baroque de Versailles (CMBV), direction, Olivier Schneebeli
Si ce CD ne nous offre qu'une partie d'un concert  de la saison d'automne 2012 du CMBV, ce que d'aucuns pourront toujours regretter, il n'en est pas moins la preuve du travail remarquable réalisé par Olivier Schneebeli à la tête de la meilleure maîtrise de France : les Pages et les Chantres de cette institution fondamentale pour la redécouverte du répertoire baroque français.
Dans les deux œuvres figurant ici, c'est tout l'art de Marc-Antoine Charpentier que l'on retrouve. Ce disciple de Carissimi, représentant du style italien en France, nous offre dans Judith comme dans le Massacre des Innocents un langage musical dissonant et très dense du point de vue contrapuntique, en total opposition au style français de Lully.
Ce sont deux des histoires sacrées qu'il a composé, dans sa riche production, que l'on découvre dans ce programme de concert. Tout d'abord, Judith sive Bethulia liberata, datant de 1660, époque où Charpentier revient de Rome. Le texte en est adapté de l'Ancien Testament. Elle comporte deux parties, la première se passant dans la Cité de Béthulie dont Holopherne et les Assyriens font le siège en privant d'eau ses habitants. La seconde se déroule dans le camp d'Holopherne où Judith, une veuve d'une grande beauté, se rend pour les délivrer. Elle parvient à mettre en confiance et à faire boire, le chef des Assyriens puis lui tranche la tête pendant son sommeil. Elle retourne alors parmi les siens pour leur annoncer leur délivrance.
angesvCaedes Sanctorum Innocentium daterait de 1683. Cette histoire sacrée relate une histoire sombre et terrifiante, qui démontre que le pouvoir peut conduire aux pires exactions : le massacre des enfants de Béthléem ordonné par Hérode. Le texte ne provient pas de fragments bibliques, mais recourt à l'Evangile selon Saint Mathieu pour l'exorde de l'Ange qui vient demander à Joseph et Marie de fuir en Egypte. Charpentier y déploie tour à tour un style aussi bien guerrier ou plaintif, mêlant la terreur et l'espérance, l'abjection et le divin.
Ces histoires sacrées trouvent leur filiation dans les grands oratorios romains et sont un genre très prisé au XVIIe siècle. Elles témoignent d'une spiritualité exaltée, toute en ombre et lumière, dignes filles musicales du caravagisme.
La première qualité de l'interprétation que l'on remarque d'emblée, c'est la déclamation soignée, tout aussi bien du chœur que des solistes. Elle relève la dimension tragique des textes chantés. L'équilibre entre les différents pupitres, la grande opulence des couleurs et des ornementations, l'engagement dramatique de tous, y compris des musiciens, nous racontent des histoires, qui vibrent dans toute leur passion et leur théâtralité.
Deux des solistes, sont issus de la maîtrise versaillaise, le jeune haute-contre Erwin Aros et la soprano tchèque Dagmar Sasková. Tous deux possèdent des timbres lumineux, fruités et inspirés, une projection soignée et claire. La Judith de Dagmar Sasková, possède l'autorité naturelle et l'abattage de ce personnage, qui ne recule devant rien pour sauver son peuple, soutenue par une foi absolue. L'ange d'Erwin Aros est un messager convaincant et apaisant.
angev2Dans les rôles d'Holopherne et d'Hérode, la souplesse vocale d'Arnaud Richard caractérise ses personnages avec puissance tout en en soulignant les failles qui finissent par les anéantir. Jean-François Novelli manie l'expressivité avec subtilité et un sens du pathétique qui révèle tant la faiblesse que l'accablement qui sourde d'Ozias.
Du chœur émane tout à la fois la noblesse et la sensibilité, une lumière qui enveloppe, un désespoir qui poignarde, une espérance qui irradie, une sensualité baroque que caresse le soleil à son coucher.
Les musiciens réunies pour ce concert, apportent des couleurs et des contrastes tout en clairs-obscurs. La direction attentive et souple, aristocratique et généreuse d'Olivier Schneebeli dessine avec conviction des univers à la spiritualité incandescente. Il met en gloire ce style unique, qui permet à la Chapelle Royale de retrouver sa musique et de donner aux anges d'or et de pierre un coeur qui bat. La prise de son naturelle et chaleureuse, met en valeur l'acoustique idéale, pour ce répertoire, de la Chapelle Royale, tandis que le livret s'il n'évite pas quelques coquilles dans le texte, illustre et documente avec beaucoup de soin, le caractère vibrant et à fleur de peau de cet enregistrement.

Judith sive Bethulia liberata H391 
(Judith ou Béthulie libérée), solistes :
Dagmar Sasková, Judith ; 
Erwin Aros, historicus et ex Israel I ; Jean-François Novelli, Ozias, 
historicus ex Israel II ; Arnaud Richard, Holofernes,
 historicus ex Assyriis, historicus ex filiis Israël ; Marie Favier, (Chantre), Ancilla 
; Jozsef Gal, (Chantre), soliste in historici ex filiis Israel ;
 Hugo Vincent, (Page), soliste in chorus ex Israel

Caedes Sanctorum Innocentium H411 
(Le Massacre des Innocents),  Solistes
Erwin Aros, Angelus
 ;
 Jean-François Novelli, Historicus ; Arnaud Richard, Herodes

Dagmar Sasková, Mylène Bourbeau (Chantre), Marie Favier (Chantre), chorus matrum A -
Paul Figuier (Chantre), Alix de la Motte de Broöns et Hugo Vincent (Pages), chorus matrum B
1 CD K617 durée : 59'19 - Enrigistré en public à la Chapelle Royale à Versailles les 5 et 6 octobre 2012 dans le cadre des concerts des journées d'automne co-réalisées par le CMBV et Château de Versailles Spectacles - Réf K617242 - Code barre : 3 383510 002427
 
Les Pages, les Chantres & les Symphonistes du Centre de musique baroque de Versailles - Direction, Olivier Schneebeli
 
Les Symphonistes : Benjamin Chénier, violon 1 ; 
Léonor de Recondo, violon 2 ; 
Pierre Boragno, flûte 1
 ; Jean-Pierre Nicolas, flûte 2
 ; Krzysztof Lewandowski, basson
 ; Sylvia Abramowicz, viole de gambe ; 
Eric Bellocq, théorbe
 ; Fabien Armengaud, orgue positif et clavecin
Droits photographiques : photos prises par mes soins à la Chapelle Royale/Château de Versailles

Partager cet article

Repost 0
Published by Parmentier Monique - dans Chroniques CD

Présentation

  • : Le blog de Susanna Huygens
  • Le blog de Susanna Huygens
  • : Je ne prétends pas ici faire travail de musicologie je souhaite juste tout au plus vous faire partager ma joie à l'écoute de ces musiques dont j'aime vous entretenir, mais aussi de l'art et de l'esprit baroque. J'espère tout comme Puck à la fin du Songe d'une Nuit d'été pouvoir compter sur votre indulgence et vos remarques car "Ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement (et tout sera réparé), que vous n'avez fait qu'un somme, ...
  • Contact

Recherche