Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 20:08

  Le disque qui sort ce mois ci chez Ramée d'Anthony Bailes est l'occasion d'évoquer les derniers représentants de l'école du luth française, qui font l'objet de cet enregistrement.

41L7mx-xgRL. SS400

Celui auquel avec beaucoup de tendresse Anthony Bailes semble dédier ce CD : Charles Mouton (1617 - ca 1699) a longtemps été considéré comme trop académique, manquant de poésie. Pourtant il fut extrêmement apprécié, voir aimé de son vivant.

 

Nous avons la chance d'en avoir un portrait réalisé par le peintre François de Troy.

 

436px-Charles_Mouton_-_Francois_de_Troy.jpg

 

Ce très beau portrait actuellement au Musée du Louvre fit également l'objet d'une gravure (cette dernière étant finement analysée dans le livret par notre interprète) réalisée par Gérard Edelinck dont la fille fut une élève du compositeur. Et la dédicace qui l'accompagne nous en dit lont sur l'opinion de ses contemporains :

 

Cher Mouton a te voir si bien représenté

Par des charmes secrets je me laisse surprendre

Je suis de ton portrait doublement enchanté

Je te vois et je crois t'entendre

 

Notons que sur ce portrait Charles Mouton joue un luth à 11 choeurs de forme allongée, avec 9 frettes nouées sur le manche et une place pour une 10e à la jonction avec la caisse. Et l'on peut souligner également la position caractéristique de la main droite, avec le petit doigt posé à l'avant du chevalet, en accord avec les recommandations savantes.

Desmoulins-face.jpg

 

Voici ci-contre le seul luth à 11 choeurs, aujourd'hui conservé à Paris, ayant jusqu'à nous traversé les aléas du temps et qui aurait pu servir de modèle à ce tableau. Il est de facture française. Il a fait partie de la production importante d’instruments neufs émanant des ateliers parisiens. il fut réalisé par Jean Desmoulins un des luthiers parisiens les plus importants du XVIIe siècle. Ces instruments au profil caractéristique, étaient très réputés et recherchés.

 

Charles Mouton fut l'élève d'Ennemont Gaultier (1575-1651) l'un des plus grands maîtres de l'école du luth française.Si Charles Mouton semble n'avoir tenu aucune fonction officielle à la Cour de France, il fit un cours passage à la cour de Savoie, puis s'installa à Paris où il était l'invité des cercles littéraires, se produisant fréquemment dans les salons de l'époque. il fut également un professeur recherché, comme le prouve bien sûr la dédicace d'Edelinck, mais aussi par le nombre de ses élèves venant de toute l'Europe pour bénéficier de son tutorat.

Il sut au-delà de la reconnaissance formelle à son maître, créer un style propre, dont Anthony Bailes se plait à nous parler dans le livret et dont l'interprétation nous semble si délicate . Un style moins "émotionnel", plus classique, en conformité avec les goûts de la fin du règne de Louis XIV. Mais qui au-delà des apparences, évoque une mélancolie raffinée aux harmonies délicates et aux ornementations soignées.

Il publia vers 1680, des Pièces de Luth sous différents modes dont 2 copies sont connues et des pièces éparses. Je vous invite à en visionner la tablature à l'adresse suivante :

 

http://musicontempo.free.fr/mouton_tablatures.pdf

 

Anthony Bailes parvient par son talent à effacer ainsi l'image conformiste de ce compositeur.

 

Si aujourd'hui on connait (ou reconnait mieux) les compositions des différents membre de la famille Gallot, dont deux sont représentés sur ce CD c'est en partie grâce à une source précieuse : René Milleran, l'interprète de Louis XIV, grammairien et professeur d'anglais et d'allemand, élève de Charles Mouton.

 

Jacques Le Gallot (ca 1625 - c. 1690), connu sous le nom du "vieux Gallot de Paris" occupe ici une place qui lui revient d'autant plus que son oeuvre innovante et finement ornée, est d'une envoûtante beauté. Il est l'oVan-Horst_musiciens.jpgncle de Pierre Gallot
(c. 1660 - après 1715) qui figure également au programme d'Anthony Bailes. Jacques le Gallot fut également l'élève d'Ennemont Gaultier après avoir commencé l'étude de cet instrument avec son père, Antoine qui assura une charge de Luthiste auprès de la Chapelle des Rois de Pologne Sigismond III et Ladislas IV. Il composa des portraits musicaux qui firent sa renommée (La Fontange, la Montespan,...), ainsi que des Tombeaux (dont figure dans le CD d'Anthony Bailes celui de M. Le Prince de Condé). il publia aux environs de 1684 ces Pièces de luth composées sur différents modes qui débute par un bref traité sur le jeu de cet instrument avec des schémas montrant la manière de réaliser les doigtés et certains ornements (tremblement, martellement, chute ou tombé). A sa mort Robert de Visée composa son Tombeau.

Pierre Gallot quant à lui est donc le fils du frère de Jacques Le Gallot, Alexandre. Il est souvent désigné dans les manuscrits de l'époque comme étant "Gallot le jeune" ou le "Gallot de Paris". Il fut un virtuose dont les compositions firent le tour de l'Europe au tournant des deux siècles. Ces compositions sont souvent des arrangements  (ce qui jusqu'alors était extrêmement mal perçu, puisque les compositions pour luth devait normalement être exclussivement réservées à cet instrument, mais que Charles Mouton avant lui avait déjà pratiqué), de la musique des ballets comme cette chaconne d'Atys qui figure dans l'enregistrement d'Anthony Bailes. Il fut enfin également un professeur renommé.

 

Dans une discographie qu'Hopkinson Smith survole toujours, ce nouveau disque d'Anthony Bailes est une invitation à la découverte d'un monde où le temps se fige et vous soulage.

 

Monique Parmentier 

Luthholbein.jpg

 

Source : Le livret rédigé par Anthony Bailes pour Ramée et différents ouvrages où sont évoqués les compositeurs.

Illustration : La pochette du Cd chez Ramée. Un portrait de Charles Mouton par François de Troy au Musée du Louvre, Le concert par Gerrit Van Honthors à la National Gallery of Ireland (à Dublin), le Luth par Hans Holbein le jeune (fragment du tableau les Ambassadeurs français à la cour Anglaise) à la National Gallery de Londres

Partager cet article

Repost 0
Published by Parmentier Monique - dans Dossiers Musique

Présentation

  • : Le blog de Susanna Huygens
  • Le blog de Susanna Huygens
  • : Je ne prétends pas ici faire travail de musicologie je souhaite juste tout au plus vous faire partager ma joie à l'écoute de ces musiques dont j'aime vous entretenir, mais aussi de l'art et de l'esprit baroque. J'espère tout comme Puck à la fin du Songe d'une Nuit d'été pouvoir compter sur votre indulgence et vos remarques car "Ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement (et tout sera réparé), que vous n'avez fait qu'un somme, ...
  • Contact

Recherche