Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 20:27

Visuel les ombresFrançois Couperin (1668-1733)

Les Nations

Les Ombres - Margaux Blanchard, Sylvain Sartre

 

Fidèle à sa ligne de conduite Alain Brunet, et à ses côtés les équipes d'Ambronay, apportent leur soutien à de jeunes ensembles prometteurs. Parmi, ceux - ci, les Ombres, qui sous le label Ambronay nous ont déjà offert un précédent CD, consacré à la musique de la Reine Marie Leczinska, l'épouse de Louis XV. Ce CD était déjà une belle réussite, révélant les qualités de chambriste de cet ensemble, si importantes pour cette musique de transition méconnue.

Ces deux directeurs artistiques Margaux Blanchard (violiste) et Sylvain Sartre (flûtiste), avec cette nouvelle version des Nations de François Couperin, confirment ici cette grande qualité qui en font des interprètes tout à la fois attachants et talentueux pour ces œuvres qui pourraient paraître parfois trop connues et qui pourtant ne demandent qu'à se laisser redécouvrir. Ils y font merveille apportant une touche personnelle, sensible et intimiste.

C'est peut - être François Couperin par Les Goûts Réunis qui a imaginé la plus belle des Europe : celle de ces nations et leurs peuples se rencontrant par la musique et la beauté plus que par des intérêts économiques et administratifs. L'Europe de Couperin est bien plus humaine, humaniste et onirique que celle des hauts fonctionnaires et autres lobbyistes actuels. Elle ne peut qu'inspirer tous ceux qui rêvent à la concorde des peuples.

Cela dit, il ne faut pas croire que cela fut plus facile à François Couperin de défendre sa vision de la musique que de continuer aujourd'hui à rêver à cette Europe idéale. Il dût même à ses débuts utiliser un pseudonyme pour signer une sonate en trio qui clamait son admiration pour Corelli.

En 1726, Couperin publie les Nations en reprenant trois sonates de jeunesse, qu'il nomme alors la Française, l'Espagnole, la Piémontaise et en y rajoutant l'Impériale. Chacun de ces quatre "ordres" est introduit par une sonate, chacune augmentée de suites de danses.

Si la version des Nations de Jordi Savall est pour tous une version de référence, les Ombres nous en proposent une vision nouvelle, exaltante et poétique. Sereine et lumineuse, elle est un véritable enchantement. La grande cohésion dont fait preuve cet ensemble et la sensibilité à fleur de peau de chaque instrumentiste s'unissent pour faire virevolter les couleurs soyeuses et vives de la musique de Couperin. Tout ici danse. Les flûtes élégiaques nous envoûtent de leur chant mélodieux, tandis que le basson sensuel et ardent semble jouer avec les hautbois agiles et brillants. Les violons fougueux et sémillant éclairent la douce et tendre mélancolie de la viole, tandis que la guitare (ou le théorbe suivant les pièces) nous séduit pour sa tendre ferveur et que le clavecin éloquent fait scintiller la danse. Enfin la courte intervention de Benjamin Alard qui conclue cet enregistrement, à l'orgue dans la transcription par Bach de la "Légèrement" de la Sonate de l'Impériale, crée un instant fait d'une délicatesse évanescente.

Voici donc un double CD à recommander vivement. Mélange de passion et de précision, il est un instant de délice. Le livret soigné et la prise de son claire et chaleureuse participent au plaisir des Goûts réunis.

2 CD Ambronay - Enregistré à l'Eglise St Rémy, Dieppe (France), le 6 juin 2012 - Ref : AMY035

Partager cet article

Repost 0
Published by Parmentier Monique - dans Chroniques CD

Présentation

  • : Le blog de Susanna Huygens
  • Le blog de Susanna Huygens
  • : Je ne prétends pas ici faire travail de musicologie je souhaite juste tout au plus vous faire partager ma joie à l'écoute de ces musiques dont j'aime vous entretenir, mais aussi de l'art et de l'esprit baroque. J'espère tout comme Puck à la fin du Songe d'une Nuit d'été pouvoir compter sur votre indulgence et vos remarques car "Ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement (et tout sera réparé), que vous n'avez fait qu'un somme, ...
  • Contact

Recherche