Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 14:51

orient_occident_2.jpgOrient-Occident II : hommage à la Syrie

Jordi Savall - Hespérion XXI

Alia Vox

C'est avec un nouvel album d'Alia Vox, le tome II d'Orient-Occident que je peux et souhaite terminer 2013.

L'année dernière à la même époque ou presque, Jordi Savall nous offrait le livre/CD Pro Pacem. Rien n'a changé depuis, malgré ce magnifique plaidoyer pour la paix et le dialogue inter-culturel. Aujourd'hui et depuis plusieurs mois, des massacres sont perpétrés en Syrie, sans que l'Occident ne puisse trouver de réponse à l'appel au-secours du peuple syrien, ni d'ailleurs à celui de tous ceux qui nous proviennent des quatre coins de la planète, partout où les droits les plus fondamentaux des êtres humains sont violés.

waedbouhassoun02.jpgCe nouveau CD est l'occasion de nourrir encore et toujours cet appel à la raison et au partage, à la compréhension et à l'ouverture qui parcourt la vie du maestro catalan. Il nous permet de découvrir, un peuple par sa musique et sa poésie, par sa culture qui est la source de celle de l'Occident. Jordi Savall, artiste pour la paix de l'Unesco reprend son bâton de "pèlerin", pour rassembler autour de lui, dans un même objectif, celui de donner la parole à un peuple qui souffre, des artistes de toutes les origines du pourtour méditerranéen. Parmi eux, une chanteuse et musicienne syrienne qui nous a profondément marqué l'été dernier à Fondfroide : Waed Bouhassoun. Sa voix mystérieuse, aux accents sombres, doloristes et mélancoliques, nous avait bouleversé par son interprétation d'un chant syrien issu du désert et de la souffrance : Qalaq (Angoisse). Cet air figure aujourd'hui dans ce CD, comme d'autres poèmes syriens mis en musique, dont les volutes expriment tout à la fois toutes les émotions humaines, communes à tous les peuples et qui devraient nous rassembler : amour, joie, chagrins. Tout ici, nous ramène au cœur de ce qui fait la civilisation.

jordi savallDans le superbe livret qui accompagne ce nouveau CD, Jordi Savall nous offre à méditer cette citation de Milan Kundera issu de son Livre du rire et de l'oubli : "L'assassinat d'Allende éclipsa rapidement le souvenir de l'invasion russe de la Bohême, la tuerie sanglante du Bangladesh fit oublier Allende, la guerre du désert du Sinaï fit taire les pleurs du Bangladesh, la tuerie du Cambodge fit négliger le Sinaï, et cetera et cetera, jusqu'à l'oubli complet de tout par tous".

Les différents textes du livret enrichissent notre rapport à la musique, en nous rappelant certains des grands enjeux géo-politiques et humains, ainsi que les informations liées à cette guerre. Cela s'avère d'autant plus indispensable, que bien souvent nous sommes passés à côté, la tête enfouie dans nos soucis quotidiens et notre terreur viscérale de voir tôt ou tard ce conflit, comme d'autres avant lui, déborder sur l'Europe en paix.

Pourtant les chiffres parlent d'eux-mêmes et il y a urgence à ouvrir les yeux : "Aujourd'hui plus de 100 000 personnes sont mortes dans ce conflit, d'après le Secrétaire Général des Nations Unies, plus de 6 millions d'enfants sont affectés par d'immenses souffrances, 3,1 millions de jeunes touchés par le confit, quatre millions de personnes déplacées dans le pays et deux millions de réfugiés dans les pays voisins". Aussi terrifiant que soient ces chiffres, aussi nécessaire que soit l'indignation qu'ils ne peuvent que provoquer, rien pour l'instant ne semblent engendrer de réponses adéquates. Que faire ? Seul le peuple syrien peut guider l'Occident vers la solution à son désespoir. Encore faut-il l'entendre pour le comprendre. En attirant l'attention sur la beauté de l'univers syrien, Jordi Savall tente de favoriser une écoute et un dialogue.

39_Bayad.jpgLe répertoire retenue pour composer ce programme est d'un équilibre subtil, d'une noblesse altière et d'une splendeur bouleversante. Il est fait de musiques issues des cultures si proches et pourtant si lointaines du pourtour méditerranéen. Danses, prières, chansons, nous transmettent la perception de cet univers étrange et fascinant, où une poésie élégiaque et des douleurs absolues se côtoient. Les émotions s'y expriment avec pudeur et une sensibilité à fleur de peau.

Aux côtés de Jordi Savall, on trouve non seulement Waed Bouhassoun qui s'accompagne à l'Oud, mais également Moslem Rahal un flûtiste syrien (ney) virtuose et d'autres chanteurs et musiciens dont les instruments sont tous d'origines méditerranéennes et/ou orientales. Le Maroc, l'Italie, Israël, le Liban, la Turquie se trouvent ainsi rassemblés pour partager les plus belles valeurs qui soient. Un étrange envoûtement s'empare de nous en les écoutant. Cette musique nous ramène sur le bord de l'Euphrate, dans ces villes ensorcelantes toujours vivantes ou disparues - Damas, Bagdad, Alep... Mari, Babylone - là où sont nos origines.

po_etendart_ur.jpgCar c'est sur les rives de ce fleuve qu'est né l'agriculture,- ce dont témoignent les graines fossilisés du blé que les archéologues y ont retrouvés-, mais également l'écriture, l'alphabet et les premières bibliothèques. Dans ce pays vécurent les plus grands poètes arabo-islamiques. C'est en Syrie que sont nés les Mille et une nuits. 

L'éloquence des chanteurs fait renaître des jardins aux senteurs captivantes. Tous nous subjuguent par la pudeur et la distinction raffinée de leur engagement et de leur phrasé. Jamais l'angoisse n'a semblé aussi ténébreuse ni la pluie aussi sensuelle. Le timbre troublant de Waed Bouhassoun nous emporte dans ces univers sombres et mystérieux, où les vents du désert font miroiter les illusions, tandis que celui du chanteur Israélien Lior Elmaleh nous séduit par sa beauté apaisante et secrète. Le timbre lumineux de Oumeima Khalil est quand à lui une eau bienfaisante, quant à la voix rauque d'Haman Khairy, elle fait résonner comme un appel à la prière le désir de paix, confronté à l'amertume des amours trahis. Seul, en duo ou en trio, voici donc quatres artistes remarquables, dont la noblesse du chant est à l'image des enchantements et de l'âpreté de cet Orient. Elle évoque la soie et les parfums de ses souks animés, ces voyageurs venus de tous les coins de l'horizon qui se croisent sur des chemins de sable, rêvant d'un ailleurs où se partagerait l'ivresse de l'harmonie.

Driselmaloumi.jpgLes musiciens sont bien plus que de simples accompagnants, offrant une ligne de chant créative et captivante aux chanteurs. Jordi Savall nous offre ici une palette sonore chatoyante. La magie et l'intense vibration des couleurs d'Hespérion XXI, sont la chair et le sang des émotions. Le Ney et les flûtes de Moslem Rahal et Pierre Hamon se font ductiles et ensorcelantes. A l'Oud, Driss el Maloumi fait résonner dans des improvisations virtuoses, les eaux cristallines des oasis et la caresse du soleil du soir. La suavité de cet instrument intime est un appel à la méditation et à la rêverie que le musicien marocain partage avec Yair Dalal et Waed Bouhassoun. La limpidité céleste du santur et du qanum, est comme un voile diapré aux mille et un reflets. Tandis qu'aux percussions Pedro Estevan et Erez Shmuel Mounk nous font entendre le "battement vital" des âmes en dérive.

La direction généreuse et charismatique de Jordi Savall et son interprétation fine, irradiante, dramatique de la vièle et du rebab, dont il nous fait découvrir les trésors d'expressivité, nous invite au cœur d'un ailleurs, où enfin l'Harmonie et la paix régneraient. Cet ailleurs, a bien souvent eu pour nom chez des femmes et des hommes de culture : la Syrie.
 

Photo-iphone-529.JPG"Toute personne civilisée dans le monde à deux patries : son pays d'origine et la Syrie" André Parrot (1901-1980). "J'aime ce doux pays fertile et ses gens simples qui savent rire et profiter de la vie, qui sont indolents et joyeux, qui ont de la dignité, de la courtoisie, un grand sens de l'humour et pour qui la mort n'est pas si terrible". Agatha Christie

Comment conclure, si ce n'est en vous invitant grâce à ce CD, à renouer avec vos racines et surtout à ne pas renoncer à demander, à exiger la fin de tout compromis avec ceux qui détruisent, massacres chaque jour des enfants, des femmes et des hommes. Leur seul crime est de demander une seule et essentielle chose, vivre libre et en paix. Jamais aucun CD n'aura autant exprimé le désarroi de tous ceux qui souffrent, qui ne veulent pas tuer, ni dominer, ni même s'enrichir de quelques pièces d'or et qui ne savent pas et ne veulent pas se servir des bombes et des fusils pour vivre. Jordi Savall donne avec courage voix à l'humanité souffrante. Aux pieds des oliviers, sur les rives de la Méditerranée si bleue, les bergers et les musiciens, se retrouvent ici pour nous conter l'extraordinaire beauté du monde. Merci Maestro. 

Par Monique Parmentier

1 CD Alia Vox - Orient - Occident II, Hommage à la Syrie.  Direction, vièle & rebab, Jordi Savall. Hespérion XXI -. Chant et oud, Waed Bouhassoun. Chant, Lior Elmaleh. Chant, riq & sonaja, Hamam Khairy. Chant, Oumeinma Khalil. Durée : 78'23'' - Enregistré à la Collégiale de Cardona (Catalogne) le 18 février et les 6, 8 et 9 mai 2013 par Manuel Mohino - Référence : ALIA VOX AVSA9000 - Code barre : 7 619986 39003

Droits photographiques : Waed Bouhassoun - Jordi Savall et Driss el Maloumi © DR - Musiciens - el "Histoire de Bayâd et Riyad", Espagne ou Maroc - XIIIème siècle © BA Vatican  - La Méditerranée © Monique Parmentier

Partager cet article

Repost 0
Published by Parmentier Monique - dans Chroniques CD

Présentation

  • : Le blog de Susanna Huygens
  • Le blog de Susanna Huygens
  • : Je ne prétends pas ici faire travail de musicologie je souhaite juste tout au plus vous faire partager ma joie à l'écoute de ces musiques dont j'aime vous entretenir, mais aussi de l'art et de l'esprit baroque. J'espère tout comme Puck à la fin du Songe d'une Nuit d'été pouvoir compter sur votre indulgence et vos remarques car "Ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement (et tout sera réparé), que vous n'avez fait qu'un somme, ...
  • Contact

Recherche