Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 18:19

visuel2.jpgHommage à la "voix d'or", de Johannes  Ockeghem

De son vivant il connut la gloire et lorsqu'il disparut, ils furent nombreux à le pleurer. Un jeune poète, Guillaume Crétin, en appela à tous ses contemporains pour en célébrer l'éclat. Le plus grand humaniste de son temps, Erasme écrivit en son honneur, un poème mis en musique par un compositeur dont on sait peu de choses et qui conclut ce CD.

Johannes Ockeghem fut un maître du contrepoint, et la beauté de sa musique a traversé les siècles, faisant oublier sa personnalité controversée aussi bien de son vivant qu'après sa mort. Il servit trois rois de France et se vit attribuer par Charles VII la charge particulièrement importante, de trésorier de la collégiale Saint-Martin de Tours. C'était un personnage chicaneur et guère très sympathique. Qu'importe et c'est ce que démontre ce CD, son œuvre unique a profondément marqué son temps.

Pour nous faire ressentir à quel point la musique d'Ockeghem influença son époque et bien au-delà tous ceux qui le suivirent, Antoine Guerber a regroupé ici des œuvres composées en son honneur, avec une grande intelligence et élégance. Il redonne vie à cet hommage qui lui fut rendu longtemps encore après sa mort par le monde de la culture et des arts.

Et reconnaissons que ce CD ne pourra que vous faire aimer cette musique de la fin de l'époque médiévale, qui fait régner un doux apaisement et offre la consolation par sa luminosité si fervente. Bien souvent le public hésite à écouter de la musique médiévale, car c'est une musique que l'on dit "savante". Mais qu'elle le soit dans sa technique de composition, n'en fait pas moins d'elle une musique qui joue avec nos émotions, surtout lorsqu'elle est comme ici interprétée avec talent.

Les plus grands compositeurs, les plus grands poètes offrirent donc leur plume pour que vive la mémoire d'Ockeghem. Parmi eux l'on trouve Jacob Obrecht, connus avant tout pour son œuvre sacrée et dont vous entendrez ici la Missa sicut spina rosam qui peut avoir été composée avant la mort d'Ockeghem, mais en pensant et en s'inspirant de lui, puisqu'il intégra, dans sa totalité, la voix de basse du kyrie de la Missa Mi-mi dans la Missa sicut spina rosam et qui lui sert également de deuxième cantus firmus dans l'Agnus Dei.

Josquin des Près écrivit quant à lui sur un texte de Molinet le motet -chanson, Nymphes des bois/ Requiem, reprenant une déploration écrite par Ockeghem en l'honneur de Gilles Binchois à la mort de ce dernier.

C'est d'ailleurs un autre motet-chanson qui donne son titre à ce CD. Ecrit par Pierre de la Rue, Plorer, gemir, crier, donne libre court au chagrin et se révèle un hommage un peu plus intime, laissant les émotions les plus vrais s'exprimer. Et c'est aussi ce que révèle non la musique mais les paroles d'Erasme dans son poème, intitulé In Joannem Okegi musicorum principem Naenia, lui qui fait d'Ockeghem, « la voix d'or » de son époque. Entre la musique virtuose d'Antoine Busnoys, composée peu de temps après la mort d'Ockeghem et celle plus sage de Johannes Lupus, plus de 10 ans se sont écoulés et pourtant, la ferveur est toujours bien vivante.

L'interprétation incandescente de Diabolus in Musica rend à toutes ces musiques leur chaleur et leur naturel. L'alliage subtil des timbres, dont deux voix de mezzo-sopranos dans le credo de la Missa sicut rosa spinam, offre une palette sonore d'une richesse harmonique rare. Les dictions et articulations soignées transcendent les textes et nous emportent vers l'oubli des sphères célestes où l'âme s'apaise.

La prise de son irréprochable favorise un fort sentiment d'intériorité envoûtant.

Il n'y a que quelques ensembles de musique ancienne et tout particulièrement médiévale, qui parviennent à un tel sentiment de plénitude. Diabolus in Musica a toujours su mener ses projets dans un profond respect des sources, mais en sachant garder à l'esprit que la musique est avant tout un art vivant et vibrant. N'hésitez donc pas à découvrir avec eux ces répertoires trop rarement défendus.

Par Monique Parmentier

DIABOLUS IN MUSICA. 1 CD AEON/Outhere - Durée 57'22'' - Code barre : 3 760058 360262

Partager cet article

Repost 0
Published by Parmentier Monique - dans Chroniques CD

Présentation

  • : Le blog de Susanna Huygens
  • Le blog de Susanna Huygens
  • : Je ne prétends pas ici faire travail de musicologie je souhaite juste tout au plus vous faire partager ma joie à l'écoute de ces musiques dont j'aime vous entretenir, mais aussi de l'art et de l'esprit baroque. J'espère tout comme Puck à la fin du Songe d'une Nuit d'été pouvoir compter sur votre indulgence et vos remarques car "Ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement (et tout sera réparé), que vous n'avez fait qu'un somme, ...
  • Contact

Recherche